Archive de la catégorie ‘Crimes en Touraine’

Entre les années 1887 et 1890, le département de Indre-et-Loire est frappé par une « Série Rouge » : une expression journalistique qui désigne une série d’assassinats, souvent très violents, commis sur une courte période. Dans cette longue liste de crimes de sang, on trouve l‘affaire d’Epeigné-sur-Dême, survenue en 1888 dans le nord du département.  

4 février 1888. « Depuis six mois environ je suis l’amant de la femme Bellanger. Depuis longtemps cette femme me pressait de tuer son mari pour vivre maritalement avec elle. Elle m’a donné de l’argent pour acheter un pistolet pour l’assassiner, [pistolet] que je suis aller chercher à Château-du-Loir »2. Assis face au juge d’instruction, François Mauclair déroule son récit. Réveillé par les gendarmes à son domicile de La Borde situé dans la commune de Marçon, le maçon de 38 ans a d’abord fait l’innocent. Non il n’est pas responsable de l’assassinat de Henri-Alexandre Bellanger dont le cadavre vient d’être retrouvé dans la neige, une balle dans la tête, au lieu dit « Les Bois-de-Moirons », près d’Epeigné-sur-Dême. Déféré immédiatement devant le juge puis pressé de questions, le père de famille a fini par craquer. Il est l’heure pour lui de tout raconter. Lire la suite »

7
Fév

Le crime de la rue du Puits (Tours, 1886)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Agatha Christie, Sherlock Holmes ou Columbo ont forgé dans notre esprit l’image d’un assassin réfléchi, préparant minutieusement son crime pour dérouter les enquêteurs et ne pas être pris. L’étude des archives criminelles du XIXe et du début du XXe siècle prouvent bien souvent le contraire. A leur lecture, on découvre des homicides prémédités sans nuance avec une violence sauvage. La preuve avec l’affaire Albert Garnier. 

« Etes-vous là, Joséphine ? ». 22 mars 1886, 13h15. Au n°8 de la rue du Puits à Tours, Marie-Louise Hourdet s’époumone devant la porte de la cour de Joséphine Besnard. Mais pourquoi sa voisine ne lui répond-elle pas ? Elle devrait être chez elle à cette heure-ci. Lire la suite »

6
Juil

Le crime du jeudi : saison 14. C’est demain !

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

david-ginola-751670472La 14e saison du crime du jeudi commence demain  dans le journal la Nouvelle République. Meurtres, empoissonnements, assassinats… autant d’histoire vraies marquantes à retrouver tous les jeudis, cet été, dans le quotidien deux-sévrien. A demain !

20150501_133959_Richtone(HDR)963 livres vendus entre mai 2014 et avril 2015. Des ventes modestes (en moyenne trois par jour) mais les livres (GAC des Deux-Sèvres, GAC de la Touraine) vont respectivement fêter leur 7 et 10 ans. Au total, on doit pas être loin de 10 000 livres vendus. Alors merci à tous ceux qui ont fait la démarche de me lire. A très bientôt j’espère.

6
Déc

La mort, c’est pas le bagne ! (Manthelan, 1890)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

 Le Journal de l’Indre-et-Loire constitue une source précieuse pour comprendre les circonstance du drame (archives départementales)A la fin du XIXe siècle, l’heure est à la tolérance en matière de verdict. Les peines de mort prononcées par les tribunaux français sont pour la plupart commuées en travaux forcés par le Président de la République. La guillotine est au chômage et les idées d’abolition de la peine capitale progressent notamment dans les rangs des députés. Pourtant, en Indre-et-Loire, à cette même époque, un verdict prononcé dans une affaire de tentative d’assassinat va surprendre par son extrême sévérité. La faute probablement à la « série rouge » dont est victime le département à cette période.  

29 septembre 1890. Dans le petit village de Tremblay, dans la commune de Manthelan, le couple Malbran est sur le point de se coucher. Onze heures vient de sonner. Le mari et la femme ont à peine pris place dans leur lit que deux terribles détonations les font sursauter. Ils se lèvent en toute hâte et se précipitent vers la porte d’entrée. A peine l’ont-ils ouverte qu’une femme ensanglantée leur tombe dans les bras. Lire la suite »

23
Août

Adolescents et assassins (St-Avertin, 1916)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Le Journal d'Indre-et-Loire a restitué les débats du procès dans ses colonnes. Il nous apprend notamment que Paintendre et Colas avaient été déclarés inaptes pour la guerre par différents conseils militaires de révision.  (archives départementales)Paintendre-Colas, des noms que l’histoire à oublié. Pourtant, lorsque le procès de ces deux bandits et de leurs six acolytes s’ouvre en décembre 1916, le palais de justice de Tours n’est pas assez grand pour accueillir les centaines de curieux. Outre la tragédie qu’il porte en lui, ce fait divers nous montre aussi une facette méconnue de la Première Guerre Mondiale, celle d’un conflit où l’Union Sacrée à l’arrière fut un mythe, certains Français profitant de la guerre pour s’enrichir. Lire la suite »

Dessin de la coupe transversale de la poitrine de la victime. Sous le cœur, on distingue une tâche noire, la décharge de plombs tirée presque à bout portant. (Archives départementales d’Indre et Loire.)Les archives judiciaires regorgent d’histoires dramatiques, cruelles, parfois drôles ou pathétiques. Aussi variées soient-elles, bon nombre d’entre-elles possèdent un triste dénominateur commun : l’alcool. L’histoire de Marie Baratault en est la plus belle preuve. Lire la suite »

18
Jan

Règlement de compte entre Voisin (Betz-le-Château, 1891)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Si les histoires d’amour finissent mal, les verdicts s’achèvent parfois de la plus belle des façons pour les meurtriers. La preuve…

François Voisin tient sa revanche. En ce lundi 26 janvier 1891, le cultivateur de 48 ans, l’air déterminé, marche un balluchon sur l’épaule, en direction de sa ferme située à Betz.  Il sait son plan diabolique. Sa vengeance s’annonce terrible, à la hauteur des moqueries endurées depuis de long mois. Lire la suite »

7
Oct

Une scène d’horreur à Tauxigny (Tauxigny, 1891)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Le double crime de Tauxigny est probablement l’un des assassinats les plus épouvantables de l’histoire de la Touraine. Le plus effrayant, c’est que son auteur n’avait que 18 ans….

Lundi 23 février 1891. Charles Londais, un garçon de 18 ans, regarde l’assiette que la vieille femme dépose devant lui. Assis à table, l’adolescent remercie la septuagénaire et commence à manger son repas. Dehors, il fait déjà nuit noire sur la ferme des époux Delhommais, située à Tauxigny, Dans cette commune, le couple âgé possède une grande propriété au lieu-dit la Place. Tout en continuant de manger, Charles Londais relève la tête et regarde les deux propriétaires. « Vous pouvez me considérer comme étant à votre service1 » Il accompagne sa phrase d’un délicieux sourire. Lire la suite »

14
Juil

Louise attaquée (Braslou, 1891)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Dans tous les départements et quelles que soient les époques, l’étude de la criminalité montre que les personnes âgées sont les victimes toutes désignées lorsque les assassins cherchent un butin. La preuve avec cette affaire à Braslou en 1891.

26 janvier 1891. Les gendarmes de Richelieu se présentent devant le domicile de Louise Bonneau, une veuve de 77 ans. Propriétaire à La Rimonière dans la commune de Braslou, la vieille femme qui vit seule depuis de nombreuses années,  ne donne plus signe de vie. Des villageois ont donc prévenu les autorités que quelque chose d’anormal s’était déroulé dans cette maison isolée du village des Bois. A 16 heures, les gendarmes constatent que la fenêtre de la cuisine est ouverte et qu’un des carreaux a été fracturé. Lire la suite »

'